Durant l’entre-deux tours de la primaire de gauche, le camp de Valls tire à boulets rouges sur Hamon, lui reprochant une certaine complaisance “avec l’islamo-gauchisme”, un terme de plus en plus utilisé dans le débat public ces dernières années.