Trois mois après le démantèlement de la “jungle”, les associations tirent à nouveau la sonnette d’alarme à Calais où des dizaines de migrants ont fait leur retour – dont une majorité de mineurs. Elles réclament, en vain, l’aide de l’État.