Grâce à une interface neuronale, des patients victimes du syndrome d’enfermement complet ont pour la première fois pu communiquer en répondant à des questions par « oui » ou par « non ». De quoi aider à améliorer un tant soit peu la vie de ces personnes prisonnières de leur…