Depuis la publication du premier article du “Canard enchaîné” sur “l’affaire Penelope”, la défense du camp de François Fillon s’est montrée pour le moins hasardeuse. Et prend aujourd’hui des allures “complotistes”.