Le Canard Enchaîné rapporte que Penelope Fillon, soupçonnée d’emplois fictifs comme assistante parlementaire, a touché, en deux fois, 45 000 euros d’indemnités de licenciement, payées par l’Assemblée nationale.