Le Conseil constitutionnel a déclaré non conforme, vendredi, le délit de consultation habituelle de sites djihadistes créé par la loi du 3 juin
2016.