Cibles d’attaques informatiques et de ce qu’ils qualifient de “propagande” des médias d’État russes, Emmanuel Macron et ses proches soupçonnent Moscou d'”ingérence”, ce que le Kremlin a démenti mardi.