Visée, à l’instar de François Fillon, par des accusations d’emplois fictifs, Marine Le Pen ne semble pas pâtir de cette affaire. Adepte de la victimisation, la candidate du Front national pourrait même en tirer profit.