L’association UFC-Que Choisir recense désormais près de 400 produits cosmétiques « contenant un ou plusieurs ingrédients indésirables ». Elle appelle les pouvoirs publics à « instaurer des mesures réglementaires plus protectrices ».