Certains patients atteints de sclérose en plaques régénèrent mieux la myéline que d’autres. Des chercheurs de l’Inserm viennent de comprendre pourquoi, ce qui laisse entrevoir de nouvelles stratégies thérapeutiques.