Vingt ans après les faits, la cour d’assises de Paris juge, à partir de mardi, un ex-capitaine des services de renseignements rwandais pour complicité de génocide de près de 800 000 Tutsis en 1994. Une première en France, à plus d’un titre.