Deux semaines après la disparition de la famille Troadec près de Nantes, l’ex-beau-frère du père a avoué les meurtres en garde à vue, selon des sources proches de l’enquête. Il aurait agi sur fond d’un différend sur un supposé héritage mal partagé.