Depuis l’annonce, lundi, du ministère des Affaires étrangères de suspendre le vote électronique des Français de l’étranger lors des législatives par crainte de cyberattaques, certains députés ne décolèrent pas.