Un patch développé par une société de biotechnologie française a obtenu des résultats encourageants, dans une étude présentée en congrès ce week-end à Atlanta. Les bénéfices doivent toutefois être relativisés en raison du faible nombre de participants.