À l’inverse de plusieurs pays européens, la France a autorisé la tenue, dimanche, d’un meeting pro-Erdogan à Metz, en présence du ministre turc des Affaires étrangères. Le Quai d’Orsay a justifié le maintien de la réunion au nom de “l’État de droit”.