Militante associative de Seine-Saint-Denis, Sonia Imloul, ex-responsable d’une des premières cellules de déradicalisation en France, est jugée lundi à Paris pour détournement de fonds, 60 000 euros d’argent public, et travail dissimulé.