Un composé présent dans le venin d’une araignée mortelle empêcherait la destruction de cellules du cerveau après un accident vasculaire cérébral (AVC). La molécule s’est révélée efficace chez des rats, et cela même plusieurs heures après l’AVC.