Bloquée depuis plusieurs jours par un mouvement de grogne sociale, la Guyane s’invite dans la campagne et devient un sujet de controverse entre les candidats à la présidentielle. Le gouvernement dénonce une “instrumentalisation”.