Le plan “a minima” pour l’intégration des immigrés, présenté mardi par le gouvernement, marque une volonté de ne pas enflammer le débat. Mais pour Pierre Henry, de France Terre d’asile, cette frilosité s’apparente davantage à un renoncement.