Pour étudier sans limites des maladies neurodégénératives, une équipe française a créé des « mini-cerveaux », où le tissu cérébral est reconstitué en trois dimensions.