Selon le site d’investigation Mediapart, le prêt de neuf millions d’euros contracté en 2014 par le FN auprès d’une banque russe aurait eu une contrepartie politique : des prises de position pro-russes dans le conflit ukrainien.