L’un des dirigeants du groupe Lafarge qui a supervisé le marchandage financier avec le groupe EI, permettant au géant du ciment de poursuivre son activité en Syrie en 2013 et 2014, est un soutien de Marine Le Pen, affirme Mediapart.