Deux personnes ont été placées en garde à vue mardi dans l’enquête ouverte après la dégradation volontaire de la tombe du général de Gaulle samedi à Colombey-les-Deux-Églises. L’auteur n’a fait aucune revendication, selon le procureur.