Dans un rapport publié mercredi, Amnesty international dénonce des entraves faites à la liberté de manifester de certains citoyens, sous couvert de l’état d’urgence, en vigueur en France depuis le 13 novembre 2015.