Curieusement, en France, la fréquence de la puberté précoce varie selon les régions, avec davantage de cas autour de Lyon et de Toulouse. C’est ce que révèle une étude de l’agence Santé publique France sur cette pathologie, ce qui laisse supposer des facteurs environnementaux, encore inconnus.