Vu comme une perpétuation de l’état d’urgence, le projet de loi antiterroriste suscite l’inquiétude des défenseurs des libertés publiques qui, comme la magistrate Laurence Blisson, craignent que la logique de suspicion ne menace la démocratie.