Un mois après la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle, 51,34 % des électeurs français ont boudé dimanche les élections législatives. Un triste record qui amène à s’interroger sur l’avenir du mode de scrutin.