Le Parti socialiste, qui contrôlait la moitié de l’Assemblée sortante, s’effondre dès le premier tour des législatives et devrait recueillir avec ses alliés de 15 à 40 sièges, soit encore moins que les 57 de la débâcle de 1993.