Intelligence artificielle : le bon filon de la filière française

www.blagou.net:Home/Articles/BlagouNET/Sciences/Intelligence artificielle : le bon filon de la filière française

Intelligence artificielle : le bon filon de la filière française

De Valéo à Thalès en passant par Facebook, tous font de la France leur terrain de jeu expérimental pour mener à bien la recherche autour de l’intelligence artificielle.

« L’intelligence, c’est la faculté d’adaptation », disait André Gide. Nous dirons en retour que l’intelligence artificielle, c’est le futur de la nation. C’est en tout cas le sentiment qui se dégage depuis l’annonce faite ce mercredi par Valéo. L’équipementier automobile français se lance en effet dans la création du premier centre mondial de recherche consacré à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage profond (deep learning) dans les applications automobiles. Rien que ça.

Ainsi, en lançant Valeo.ai, Valeo souhaite attirer une vaste communauté scientifique mondiale. Basé à Paris, Valeo.ai entend nouer des liens et conclure des partenariats solides avec les meilleurs centres de recherche en France et à l’international. D’ici la fin 2018, Valeo.ai prévoit même d’accueillir une centaine de spécialistes du monde entier dans les domaines des algorithmes, infrastructures, processus d’apprentissage, validation et simulation en intelligence artificielle pour les applications automobiles.

france-intelligence-artificielle-1

« Les défis du véhicule autonome et connecté placent Valeo, leader technologique, aux frontières scientifiques de l’intelligence artificielle et du deep learning. Avec Valeo.ai, notre ambition est de créer un centre de recherche de premier rang, en relation avec les meilleurs laboratoires mondiaux dans le domaine et contribuant au développement des applications pour l’automobile de demain. Nous souhaitons y accueillir nos partenaires scientifiques et les chercheurs et ingénieurs désireux de nous rejoindre pour participer à cette aventure scientifique et technologique majeure », confirme Jacques Aschenbroich, Président Directeur Général de Valeo.

Ce n’est pas une surprise tant nous connaissons l’ambition de Valéo, qui s’intéresse depuis un certain temps déjà à ces problématiques, via notamment ses Valeo Innovation Challenge, véritables concours d’innovation. Une manière d’afficher son état d’esprit, tout en restant connecté à la communauté universitaire et à l’univers des startups. Stratégie payante ? Tout laisse croire que le groupe français a toutes ses chances de figurer en pôle position pour apporter son expertise face aux enjeux posés par les véhicules automatisés de demain.

france-intelligence-artificielle-2

La Digital Factory de Thales se précise.

Valéo n’est pourtant pas le seul à concentrer ses compétences digitales. Groupe d’électronique spécialisé dans l’aérospatiale, la défense, la sécurité et le transport terrestre, Thales s’apprête à lancer prochainement sa « digital factory » à Paris. En investissant 150 millions d’euros sur trois ans, Thales est en quête de bâtiments dans le centre de la capitale. Le site, une fois choisi, prévoit d’accueillir 70 personnes d’ici à la fin de l’année et de regrouper les experts de l’entreprise sur les quatre technologies stratégiques du groupe : la connectivité, le Big Data, l’intelligence artificielle et la cybersécurité.

Après avoir déjà investi plus de 1 milliard d’euros sur les trois dernières années, Thales espère notamment appliquer des algorithmes d’intelligence artificielle à l’analyse des clichés issus des pods militaires embarqués par les Rafale ou encore automatiser la surveillance des pics de pollution. En outre, le groupe propose déjà un service d’optimisation des plans de vol en temps réel aux compagnies aériennes.

france-intelligence-artificielle-3

Un business model qui ressemble fortement à celui opéré par Facebook depuis deux ans. Après New-York et Menlo Park (Californie), le réseau social a en effet ouvert en 2015 un bureau dans la capitale consacré à la recherche sur l’intelligence artificielle, en partenariat avec l’Inria. Dénommé FAIR (Facebook Artificial Intelligence Research), ce laboratoire est dirigé par Florent Perronnin, un Français venu du Xerox Research Center, sous la houlette de son compatriote Yann LeCun, l’un des plus éminents scientifiques dans le domaine de l’intelligence artificielle, recruté par Facebook fin 2013. Sur place, les chercheurs travaillent notamment sur des projets de recherche à long terme dans les domaines du traitement automatique du langage (TAL), de la reconnaissance du langage, et des infrastructures logiques et physiques nécessaires aux systèmes d’intelligence artificielle.

Dans un communiqué, Facebook avait justifié le choix de l’implantation de FAIR à Paris par « l’excellence de la France dans ces domaines de recherche et l’attractivité de Paris. Facebook démontre ainsi sa volonté de tisser des liens étroits avec la recherche française avec notamment le soutien d’institutions scientifiques de premier plan comme Inria et l’ouverture de nouvelles opportunités pour les chercheurs, les doctorants et post-doctorants. Nous croyons que ce modèle ouvert entraînera davantage d’innovations, encouragera la collaboration et les échanges et nous aidera à avancer plus vite sur nos travaux ».

france-intelligence-artificielle-4

Pour François Sillion, directeur général délégué́ à la science d’Inria, « c’est en tissant des relations de confiance avec ce type de laboratoires que nos scientifiques peuvent confronter leurs recherches aux questions les plus actuelles et aux problèmes concrets que se posent aujourd’hui les entreprises du monde du numérique ».

Alors que la 2e édition du salon Viva Technology s’ouvre demain porte de Versailles à Paris, tous ces investissements renforcent une fois de plus la position de la France comme actrice incontournable de l’innovation. En janvier dernier, l’ancien gouvernement avait lancé l’opération « France IA » au sein de laquelle 500 experts ont été chargés de définir une stratégie de mise en valeur et de développement de la filière de l’intelligence artificielle en France. L’objectif étant bien sûr d’en faire un levier de croissance.

Cet article Intelligence artificielle : le bon filon de la filière française est apparu en premier sur Humanoïdes.

By | 2017-06-14T14:27:54+00:00 14 juin 2017|Sciences|0 Comments

About the Author:

Passionné de nouvelle technologie depuis bien longtemps maintenant, le web est devenus pour moi un excellent moyen d’apprentissage, de partage et de communication. De ce faite et grasse à de formidable CMS tel que WordPress ou bien Joomla on peut aujourd’hui se faire plaisir sur la toile et partager ses connaissances. Bien que l’informatique est ma première passion, la création de contenus sur le Net me passionne tous autant. Bienvenus à vous lecteur et surtout faite vous plaisir, profiter de BlagouNet, pour partager des histoires, des anecdotes, des astuces en tous genre et cela dans la bonne humeur et sans prise de tête.