Les trois gardés à vue dans le cadre de l’enquête sur la mort de Grégory Villemin en 1984, l’ont été sur la base d’expertises graphologiques sur des lettres de menaces ou de revendication du crime, a indiqué jeudi le procureur général de Dijon.