Le projet de loi amendé sur la sécurité présenté jeudi 22 juin en conseil des ministres “n’est qu’une retransposition des dispositions de l’état d’urgence”, estime Asif Arif, avocat au barreau de Paris spécialiste des libertés publiques.