Jeudi, le gouvernement a présenté un projet de loi censé permettre à la France de sortir de l’état d’urgence tout en maintenant un niveau de vigilance élevé face à la menace terroriste. Il prévoit d’introduire dans le droit commun des mesures prises sous état d’urgence en les assortissant de garanties. Mais ses principales dispositions inquiètent syndicats de magistrats et organisations des droits de l’Homme, qui y voient des risques d’atteinte aux libertés individuelles.