La fibrillation auriculaire favoriserait le déclin cognitif et la démence