Les tampons hygiéniques ne favoriseraient pas les chocs toxiques, d’après une étude menée par des chercheurs lyonnais. Mais les utilisatrices doivent respecter certaines règles d’utilisation pour limiter ce risque.