Les États membres de l’UE ont adopté mardi des critères de définition visant à réglementer l’usage des perturbateurs endocriniens. La France a voté en faveur du texte. Plusieurs ONG déplorent le manque d’ambition des mesures prônées.