Les quelques 2 500 migrants évacués vendredi matin de campements sauvages qu’ils occupaient dans le nord de Paris se sont vus proposer des solutions d’hébergements provisoires en Île-de-France.