Fin d’un procès inédit à Paris, celui des “biens mal acquis”. Le fils du président équato-guinéen, Teodorin Obiang, risque jusqu’à trois ans de prison. Le tribunal correctionnel de Paris rendra son jugement fin octobre.