Boris Boillon, qui fit un temps figure d’étoile montante de la diplomatie française sous la présidence Sarkozy, a été condamné vendredi par un tribunal de Paris à un an de prison avec sursis, notamment pour blanchiment de fraude fiscale.