Jean-Jacques Susini, ancien chef de l’Organisation de l’armée secrète (OAS), est mort à 83 ans début juillet. Au nom d’un attachement viscéral à l’Algérie française, il n’a jamais manifesté de remords pour les attentats commis dans les années 60.