À partir du 1er janvier 2018, les personnes porteuses du VIH ou d’une hépatite pourront bénéficier en France des soins funéraires, selon un arrêté paru jeudi au Journal officiel. Une attention qui leur était interdite depuis 1986.