Alors que le chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers, a démissionné en dénonçant des coupes budgétaires, la ministre des Armées Florence Parly a annoncé dimanche le dégel d’1,2 milliard d’euros de crédits en 2017.