Le gouvernement français a lancé, mercredi, un ultimatum à l’Italie en menaçant de nationaliser les chantiers navals de Saint-Nazaire si Rome n’acceptait pas un partage à 50-50 de son capital avec des intérêts publics hexagonaux.