Le Conseil d’État a validé lundi des mesures d’aide aux migrants, contestées par la ville de Calais et le ministère de l’Intérieur, en jugeant que leurs conditions de vie les exposaient “à des traitements inhumains ou dégradants”.