Des chercheurs ont montré qu’il était possible de supprimer une mutation responsable d’une maladie cardiaque grave chez des embryons humains. Ces travaux suscitent de nouveau un débat éthique à propos de l’utilisation de l’édition génomique en médecine reproductive et ses dérives possibles.