L’application pour smartphone, lancée par le ministère de l’Intérieur après les attaques terroristes de novembre 2015, doit être revue, selon un rapport sénatorial.