À peine nommé au Conseil constitutionnel, l’ancien garde des Sceaux et sénateur Michel Mercier, visé par une enquête sur les conditions d’emplois de ses deux filles comme assistantes parlementaires, a annoncé, mardi, qu’il renonçait à sièger.