Une étude menée par l’Inserm montre que l’exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens est associée à des troubles du comportement chez les garçons de 3 à 5 ans. Les composés les plus préoccupants étaient le bisphénol A, le triclosan et le phtalate de dibutyle, ou DBP.