Au lendemain de l’attaque à Marseille revendiquée par l’organisation État islamique, la remise en liberté de l’assaillant, en situation irrégulière, deux jours plus tôt à Lyon, pose la question d’une possible défaillance de l’administration.