Le Premier ministre tunisien a assuré jeudi, à l’issue d’une rencontre avec son homologue français, qu’à ce stade de l’enquête, rien ne permet de lier l’assaillant qui a tué deux femmes à Marseille à des groupes terroristes présents en Tunisie.