Le procès d’Abdelkader Merah, accusé de “complicité d’assassinat” dans les attentats commis par son frère Mohamed à Toulouse et Montauban, a révélé des failles et des béances qui ne sont pas pour rassurer la partie civile.